portrait
Bd Paubert


Bien que Mme de Sévigné n'ait séjourné qu'une petite journée au Port-Louis, les habitants ont longtemps gardé le souvenir de son passage. Jusqu'à la dernière guerre, on montrait, rue des Dames, la maison où elle avait été reçue.

Maison dite de Mme de Sévigné
Dessin de Pierre Quidu

Cette demeure, communément appelée "maison de Mme de Sévigné", a été détruite lors des bombardements. Elle est remplacée par l'actuel n°19.

Une impasse du quartier de La Côte Rouge a reçu son nom le 22 octobre 1990, dans un lotissement récemment construit, aux confins des communes de Port-Louis et de Riantec, après délibération du Conseil Municipal : quelle est la ville de France qui ne possède sa rue, son boulevard, son avenue, son collège ou sa bibliothèque Sévigné ?

On peut s'étonner que Port-Louis, qui a tout de même eu l'honneur d'une visite de la marquise, ne lui ait dédié qu'une courte rue. Qui plus est, une impasse ! Elle qui s'extasiait, en termes si chaleureux, sur l'omniprésence de "cette belle pleine mer" !

Mais faisons confiance à Mme de Sévigné.
Confortablement installée sur son petit nuage, elle a certainement trouvé le bon mot à la manière "Rabutin", lui permettant, en Femme de Lettres avisée du XVIIe siècle, d'accommoder son amour propre et sa grande sociabilité à l'exiguïté de sa "ruelle"... qui conduira peut-être un jour jusqu’à la mer.

M.R.