Histoire : au pays du Port-Louis

Elle fut toujours conditionnée par sa situation naturelle exceptionnelle.
C'est sa géographie particulière qui scella le devenir de l'ensemble compris entre le Blavet, à l'Ouest, et la rivière d'Etel, à l'Est.
La presqu'île de Port-Louis est constituée par un éperon granitique régnant sur une côte sableuse du côté de la mer, vaseuse du côté de la rade.
Le piton est difficilement accessible par la mer, rendue périlleuse à marée haute par les rochers à fleur d'eau et à marée basse par les bancs de vase.
Ainsi se trouve justifié le vieil adage :
"Au hâvre du Blavet, Bien fol est qui s'y met "

zoom sur image 90 Ko

Sur une carte de la rade, Port-Louis apparaît comme le verrou d'un goulet resserré, donnant accès à un vaste plan d'eau, abrité des vents dominants par l'île de Groix et la presqu'île de Gâvres. Des chenaux en eau profonde se prolongent dans les estuaires du Scorff et du Blavet.
Ainsi, entre Nantes et Brest, Port-Louis est le seul port accessible par tous les temps, même aux bateaux à fort tirant d'eau (à condition d'en bien connaître les écueils).
De plus, dans cette région aux rivières courtes, le Blavet offre une voie de communication royale entre l'intérieur des terres et la mer.

De sa position même et de la nature de son sol, Port-Louis a hérité :

  • d'une situation stratégique de premier ordre
  • d'une vocation de ville fortifiée.