Cabotage et commerce extérieur
Géographie économique


Les Port-Louisiens ne se limitaient pas à naviguer le long des côtes françaises :
  • cabotage
    Le passage de Gâvres - coll. part.
    Manche, Vendée, Anjou, Sud-Ouest et Pays Basque
  • Méditerranée

Ils se déplaçaient parfois très loin :

  • Péninsule Ibérique
  • îles de l'Atlantique ( Madère et Antilles)
  • Pays du Nord (Norvège, Hollande, Flandres, Angleterre, Allemagne)

Etat des navires du Port-Louis sur presque quatre siècles :

époque
types
tonnage
noms
XVè siècle
  • baleiniers
  • flouins
  • escaffes
  • caravelles
  • vaisseaux
nombreux
5 à 20 t
Religieux pour les trois-quarts
fin XVIè et sous
Louis XIII
  • gabions
  • bateaux
  • chaloupes
7 jaugeant de 50 à 80 tonneaux
apparition de prénoms féminins
sous
Louis XIV
  • corvettes
  • barques
  • bâtiments
12 jaugeant de 40 à 170 tonneaux
prédominance à nouveau des noms religieux, mais les prénoms féminins restent nombreux
sous
Louis XV
  • chasse-marée
  • double chaloupes
5 jaugeant de 40 à 250 tonneaux
apparition de noms divers


exportation d'étais de mine
Exportation d'étais pour les mines
coll. part.

Importations (denrées et produits) :

  • Sel et vins ( de tous temps)
  • Produits de nécessité : huile d'olive, olives fruits, savon, charbon, sucre, confiture, draps et toiles.
  • Matériaux de construction : tuiles et ardoises, chaux, tuffeau, résine, goudron.
  • Chantiers navals : planches et mâts
  • Armement des navires : fer et aciers.

Exportations :

  • Principalement des céréales : froment, seigle, avoine.
  • Des sardines à partir du XVIème siècle.
  • Beurre, miel, cire, cuir.
  • Bois de pins (étais de mines) pour le Pays de Galles au début du XXème siècle.